Orientations du CESA

La création de ce centre d’expérimentation sociale artistique (C.E.S.A.) repose sur une réflexion théorique menée à partir du travail effectué pas les différents G.P.A.S. de Bretagne avec l’artiste Romain Louvel. Depuis 2007, ses objectifs sont de promouvoir les « pratiques sociales artistiques » en multipliant les expériences et en améliorant les financements de projet. Nous souhaitons aussi établir une base de données sur le sujet afin d’en rassembler les connaissances et de permettre les échanges, la collaboration et la participation d’associations et d’artistes.

L’objectif du G.R.P.A.S. est de repérer les savoirs d’expérience des habitants et de les traduire en démarche plastique dans le but de créer du débat, du lien social, des questionnements autour de l’art.

Les pratiques sociales artistiques procèdent d’un postulat qui détermine l’art comme outil d’action social. La démarche artistique consiste alors à construire un objet plastique (œuvre d’art) à partir des pratiques singulières quotidiennes propres à chacun. Le terrain privilégié de ces expériences est donc les routines de la vie quotidienne. Elles sont envisagées, dans ce cas, comme le ciment de la réalité sociale.

L’objet plastique final ne constitue pas en soi un objectif à atteindre, mais un prétexte à parcourir le terrain des routines où se fréquentent les perceptions personnelles de l’environnement et l’instauration collective d’une vision objective et partagée de ce même environnement : l’intersubjectivité.

Les pratiques sociales artistiques se forment dans des projets d’action sociale en interaction avec cet espace intersubjectif, théâtre de tous les débats, négociations et actions, inhérents à la construction de la réalité sociale de demain. C’est pourquoi l’activité plastique de ces projets est à plus forte raison davantage ancrée dans ce processus interactionniste qu‘elle ne l’est dans sa finalité matérielle (sans pour autant la négliger).

Le Centre d’Expérimentation Sociale Artistique va donc s’appuyer sur la vie ordinaire et quotidienne, des habitants, qui répondent à une situation sociale, le C.E.S.A. souhaite en révéler les références culturelles et sociétales et les porter à un niveau de questionnement individuel et collectif. La représentation plastique des routines vise alors à instaurer un espace de critique sociale et à provoquer des circonstances fortuites pour une action individuelle sur son environnement et ses conditions d’existences.

Enfin, l’élément fort de cette démarche artistique est l’action sociale. Tout projet social artistique nécessite des processus de participation du public ciblé. Il s’agit de mettre en place des outils nous permettant de créer une animation sociale, d’instaurer un dialogue, de collecter des témoignages, des indicateurs, des empreintes sociales, toutes données possibles reflétant les routines sollicitées dans le projet. C’est pourquoi les pédagogues du GPAS jouent ici le rôle essentiel dans le projet en mettant à profit leur connaissance du terrain et des familles avec lesquelles ils travaillent au quotidien. C’est grâce aux collectes d’informations effectuées auprès des habitants que se constitue l’œuvre. Chaque projet nécessite alors une prise de contact entre les différents participants (artiste, pédagogues et habitants) ainsi que l’établissement d’une relation durable entre le moment de collecte, de réalisation et d’exposition du projet.

  1. Aucun commentaire pour l'instant

  1. Aucun trackback pour l'instant