Allez à la rencontre

Le GAPAS met en place une stratégie de rencontre avec les jeunes un atypique. En effet pour permettre à chaque jeune du territoire de percevoir les possibilités qu’offre le dispositif, nous avons installé des temps de rencontre en extérieur sur la totalité des communes qui compose le Cap-Sizun.

Le temps de présence sociale permet de repérer les lieux et les moments où les jeunes fréquentent l’espace public (place de village, plage, lieu plus en retrait comme la clinique désaffectée, etc).

Les animateurs vont rencontrer les jeunes présents dans l’espace public et entamer une discussion informelle visant à comprendre la manière dont ils occupent leur temps libre pour ensuite leur proposer de futures rencontres ou activités.

Ces temps de rencontre dans l’espace public se font de façon régulière, ils sont fonction de la période de l’année (période scolaire ou période de vacances) et de la saison.

En général, nous organisons trois présences par semaine, deux l’après-midi (mercredi, samedi) et une autre en soirée (régulièrement le vendredi soir).

Quatre circuits permettent de se déplacer de façon cohérente afin de rencontrer le maximum de jeunes sur leurs lieux de vie tels que le skate parc d’Audierne, la « grotte » de Pont Croix, les différentes places de bourgs, etc.

Ces rencontres sont essentielles et permettent aux jeunes un contact direct avec les animateurs, pour discuter avec eux, faire part de leurs propositions d’activités et aborder de manière concrète des thèmes tels que la prévention, la santé, l’environnement…

Cette prise de contact, avec les jeunes passe, également par la proposition d’activités gratuites qui se déroulent là où les jeunes ont l’habitude de se rencontrer. Ces activités (jonglage, jeux de ballons, sports collectifs sur la plage, etc.) visent à faire connaissance avec les jeunes présents dans l’espace public.

Ces activités dans le milieu s’équilibrent sur le territoire capiste.

Si l’animateur ne trouve pas de jeunes, il s’appuie sur d’autres outils pour entrer en contact avec eux : le bouche-à-oreille, le contact avec les amis des jeunes déjà connus, l’utilisation des modes de communication des jeunes – SMS et tchat notamment – rencontre dans les petits commerces, et dans les bus scolaires, etc.

Ce travail de terrain mobilise beaucoup les animateurs du GAPAS et la dynamique de proximité se révèle essentielle pour répondre de façon réactive et dynamique aux besoins des jeunes du territoire.

  1. Aucun commentaire pour l'instant

  1. Aucun trackback pour l'instant