3-4 Quelle politique de formation pour le réseau international des travailleurs de rue ?

Quelle politique de formation pour le Réseau international

des travailleurs de rue ?1

Jean Blairon

Directeur de l’asbl RTA à Namur (Belgique)

Pour aborder cette question, je m’appuierai sur une manière de formule qui a toujours guidé ma réflexion en matière de formation : « toute politique de formation est une formation de politique et inversement ».

Deux choses sont à entendre dans cette formule.

En premier lieu, il convient de comprendre que l’acte de former ne consiste pas seulement à transmettre un contenu technique à un public, mais qu’il sert à diffuser dans le corps social des connaissances qui vont peser sur la conscience et la connaissance que ce corps a de lui-même et donc sur la possibilité qu’il a de s’auto-déterminer et éventuellement de se transformer.

En second lieu, la formule rappelle qu’une politique s’élabore en utilisant des connaissances qui ont été produites, ou plus précisément en utilisant, parmi les connaissances qui ont été produites, celles qu’on jugera légitimes parce que produites par des agences considérées comme légitimes (des universités, des centres de recherche, des agences médiatiques, des groupements de citoyens, des associations, etc.).

Au premier rang de ces connaissances, on trouvera celles qui concernent des questions adoptées par l’ensemble ou à tout le moins une majorité du corps social, et devenues ainsi « publiques », c »est-à-dire tout à la fois publiées, diffusées dans l’espace public, utilisées pour réguler les relations entre citoyens.

Plus précisément encore, on trouvera trois ordres de connaissances (et singulièrement, évidemment, pour tout ce qui touche aux jeunes dans et de la rue).

  • Des éléments de réalité qui sont rendus visible sou audibles alors qu’ils ne l’étaient pas. Alain Touraine évoque ainsi de manière imagée les « ruisseaux de la pensée sociale, ce qui grouille sous les pierres de la domination lorsqu’on les soulève : la souffrance, la révolte, l’espoir. »2.

  • Des traductions de ces réalités en questions : par exemple la présence de jeunes dans la rue peut poser une question en tant qu’elle est un rassemblement dans l’espace public dont la forme toujours en voie de réalisation est la « bande urbaine » (dont il convient de se prémunir) ; une autre traduction y verrait une forme de socialité légitime, même si elle peut comporter des composantes illicites, forme de socialité produite par les oubliés ou les rejetés de la cohésion sociale, qui ne sont désormais vus ou entendus que sous le schème de l’inouï ou de l’incompréhensible ; dans ce cas, il convient de les écouter te de les soutenir…

  • Des réponses qui sont aussi des classements : la prise en compte de ces questions par les politiques publiques implique une deuxième traduction et une « assignation » : la réponse sera « logée » de manière déterminante pour elle (dans un Ministère resposnable du maintien de l’ordre, dans un Ministère d’aide sociale, avec des transversalités légitimes ou suspectes, etc.) et elle sera plus ou moins consistante : hypocrite, symbolique, cosmétique, réelle, forte, etc.

Ce rappel de l’utilisation politique des connaissances conduit à poser que la politique est aussi le résultat d’une lutte culturelle, elle-même inscrite dans une lutte pour la légitimité. Pierre Bourdieu le rappelait souvent, en décrivant la lutte politique comme une « lutte cognitive », déterminée par la lutte pour la légitimité à « dire le sens du social ».

Donc, en matière de formation, la question primordiale est bien : quel est le contenu politique impliqué par la forme du programme ?

Par forme du programme, nous entendons notamment des choix qui sont posés aux trois niveaux suivants (ainsi qu’aux relations que ces niveaux entretiennent entre eux) :

  • quel est le rapport qui est construit entre « la rue » et le modèle de développement dominant (par exemple s’accommode-t-il ou non de l’existence d’un groupe important de « sur-numéraires » d’ « inutiles au monde », pour reprendre ces expressions de Robert Castel ?) ;

  • quelles sont les réponses politiques qui sont apportées (où sont-elles logées, à qui sont-elles confiées, quel est leur degré d’effectivité ?);

  • quelles sont les pratiques mises en oeuvre, selon quelles logiques d’action (et pas nécessairement quelle sont les « méthodes » employées : un grand éducateur et innovateur, Fernand Deligny, déclarant n’en avoir jamais eu, ni voulu en avoir, ce qui ne peut que perturber ceux qui croient que tout se joue au niveau des techniques…) ?

Nous aimerions maintenant, sur base de ces prémisses, tenter d’illustrer plus précisément quel est l’enjeu politique d’une politique de formation en matière de travail de rue.

Une lutte mondiale dans tous les champs

Le travail de rue nous paraît participer aux luttes qui, dans tous les champs, soutiennent pour chacun, individu ou groupe, le droit d’être reconnu comme un Sujet et, par conséquent, de ne pas être traité comme un objet.

Que l’on pense au champ du handicap ou de la santé où il s’agit de reconnaître à la personne une connaissance spécifique et une capacité de choix, à ce qui touche à la vie elle-même, comme le droit au contrôle de la procréation ou au choix d’une fin de vie digne.

En matière de travail, le travailleur a droit à ne pas être considéré comme un pion dans une stratégie (par exemple de délocalisation), ni être traité comme un stock parmi d’autres, ou être réduit à un coût dans une logique de maximisation du profit ; au contraire, il convient de reconnaître ce qui a été investi et inventé par le collectif ouvrier3.

De la même manière, le jeune, ou le groupe jeunesse, en tant que sujet en formation, doit pouvoir être considéré comme partie prenante en ce qui le concerne, comme le prône la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.

Ceci implique que le jeune en difficulté ne soit pas réduit au statut d’objet d’aide, que le professionnel s’appuie sur les ressources propres du jeune et lui reconnaisse une part d’expertise sur sa situation.

Le travail de rue, dans cette optique, correspondra à la création d’une forme coopérative improbable, entre ceux qui sont notamment promis au statut de sur-numéraires (d’inutiles au monde ; dans un très beau texte, Gérard Manset évoque ces enfants qui viennent au monde « comme une pluie d’hiver sur une ville inondée ») et les agents qui incarnent aux yeux de ces jeunes, au moins dans un premier temps, la désaffiliation dont ils sont victimes4

Nous parlons d’une forme coopérative improbable puisqu’elle implique un fort déplacement des représentations des deux groupes de protagonistes, plus enclins, de part et d’autre, à se voir comme des problèmes que comme des solutions.

Les conditions (les chances) de ce double déplacement sont donc fortes.

Subjectivation, création, transaction entre désaffiliés et agents d’affiliation

Nous soutenons donc qu’en matière de travail de rue la défense des droits du Sujet (le droit à la création de soi ou à la subjectivation) passe par la construction de transactions complexes entre agents d’affiliation et jeunes en voie de désaffiliation.

Cette construction exige des conditions fortes et en tout premier lieu un environnement professionnel caractérisé par la libre association : comment en effet promouvoir des pratiques de coopération et de transaction inventives sans pouvoir s’appuyer sur un fonctionnement interne de l’équipe professionnelle qui leur soit congruent ?

Davantage : ce fonctionnement coopératif interne doit pouvoir lui-même s’appuyer sur une production appropriée de ses conditions de fonctionnement, parmi lesquelles, au premier chef, la formation.

En d’autres mots, le capital culturel produit pour assurer le fonctionnement de « libre association » doit l’être d’une manière compatible avec ce fonctionnement lui-même.

Nous pensons notamment ici à la forme du contenu des programmes : le modèle dominant, très technocratique, décliné en « objectifs/contenus/résultats », structuré de manière programmée, en litanies comme « à l’issue de ce module, l’étudiant sera capable de… » est peu propice, reconnaissons-le à un apprentissage réellement coopératif.

En second lieu, la politique de formation construite devra reconnaître au collectif des travailleurs de rue la propriété de ses moyens de production : de la même façon que les ouvriers de la période industrielle exigèrent et obtinrent qu’on fasse droit au rôle que la force de leurs bras jouait dans la production, il faudra que la force des connaissances produites dans l’expérience par ces ouvriers de pointe de la subjectivation que sont les travailleurs de rue soit reconnue par ceux qui en profitent.

Quelle politique de formation pour un réseau de travailleurs ?

Nous avons indiqué ci-dessus que les conditions de formation des travailleurs d erue devaient être congruentes (c’est-à-dire au moins partiellement homologues) au travail de rue lui-même, notamment quant à la forme du contenu des programmes et quant à la propriété intellectuelle : l’optique de libre association doit y prévaloir.

Qu’en est-il lorsqu’on passe au niveau d’une association d’associations, comme le réseau international des travailleurs de rue ? En particulier, comment y conjuguer l’appartenance (incarnée par une politique de formation commune) et la singularité (impliquée par la relative diversité des situations) ?

Dans un premier temps, on peut poser qu’il convient d’éviter trois écueils, capables d’affaiblir le réseau lui -même :

  • le lissage excessif des différences, qui peut être tentant parce qu’il permet d’affirmer à faible coût une unité, risque toutefois d’être préjudiciable à l’identité du travail de rue lui-même;

  • le self-service à concurrence cachée permet des « échanges » ouverts dans un premier temps (chacun vient chercher ce qui lui convient) mais réintroduit dans un second un déchaînement des intérêts incompatible avec une logique de coopération;

  • la cohabitation désenchantée fermerait quant à elle les yeux sur les écarts entre la politique de formation globale et les valeurs du réseau, préparant le terrain à un délitement de celle-ci.

Il conviendra donc que la politique de formation du réseau cherche les voies d’une solidarité coopérative (certes improbable dans un monde dominé par la concurrence et l’intérêt particulier), impliquant la reconnaissance du réseau comme opérateur d’ensemble légitime.

Ces voies impliquent une réciprocité entre le réseau et ses membres, ceux-ci rendant peu à peu possible, par leur implication et leurs réussites (tel ou tel programme « national » rendu « public »), une politique d’ensemble qui, en retour, soutiendra les expérimentations.

Un point crucial consistera en la poursuite d’une double légitimité : une légitimité en matière de « certification » (la reconnaissance par de plus en plus d’états d’un métier spécifique et la création de cursus et de diplômes appropriés) et une légitimité en matière de labélisation, qui appartiendra au réseau lui-même (les programmes sont-ils congruents aux orientations du travail en matière de contenu, de forme du contenu, de propriété intellectuelle, etc.).

Cette réciprocité et cette double légitimité pourront probablement se poursuivre à travers l’articulation de plusieurs « piliers ».

a) Un pilier « certificatif »

L’enjeu d’une formation spécifique reconnue et donnant lieu à un titre homologué est évidemment central ; dans l’état actuel des systèmes éducatifs, on voit mal comment on pourrait transcender les logiques nationales. L’objectif pourrait être de mettre en réseau plusieurs centres certificatifs, pour permettre des comparaisons de programmes et de processus. Une politique volontariste de mobilité pour les étudiants pourrait être organisée.

b) Un pilier « recherche »

Nous n’évoquons pas ici des recherches universitaires traditionnelles, mais bien une politique de recherche définie par le Réseau international et menée dans une diversité de pays. Nous pensons ici à une sorte de Collège international itinérant, qui travaillerait annuellement sous la forme de « séminaires », dans la logique de Michel de Certeau, pour étudier les « arts de faire » propres à une réalité locale, dans son articulation aux enjeux de développement et aux relations traversant les champs culturel, social, économique et politique concernés.

c) Un pilier « formation continuée de cadres »

La transmission est un enjeu majeur pour un réseau qui se donne une politique de formation internationale. Dans ce contexte, nous pensons à un cursus destiné aux cadres et animateurs du réseau sous le mode de l’ « open university ». Des programmes modulaires pourraient être conçus et dispensés par des associations dont la spécialisation serait reconnue en la matière. Une partie importante des modules serait dispensée « à distance ». Le cursus et les attributions de modules seraient définis par le groupe pilote du réseau.

  1. Un pilier « rencontres »

Enfin, il nous semble que le Réseau international devrait labéliser des lieux et des thèmes de stages diversifiés à l’intention de ses membres, en lien avec les trois piliers précédents.

Des transactions coopératives entre une diversité d’expériences menées à des niveaux différents pourraient ainsi constituer une politique de formation en réseau congruente par rapport aux pratiques de travail de rue elles-mêmes.

L’enjeu est central, puisqu’un réseau alternatif ne peut survivre sans assurer lui-même les conditions de son existence et de son renouvellement, au premier rang desquelles nous trouvons la production de son capital culturel spécifique et libre.

1Ce texte est la retranscription de notre intervention dans le Séminaire organisé par Dynamo International à Ittre en Belgique du 19 au 23 octobre 2009. Le séminaire souhaitait proposer une formation de formateurs au « travail social de rue ».

2A. Touraine, « Intellectuels d’en haut et intellectuels d’en bas », in La crise dans la tête, revue L’Arc n° 70, en hommage à Michel Foucault, Aix-en-Provence,1977, p. 89.

3Cfr J. Blairon et J. Fastrès, « La révolution que nous attendons », in http://www.intermag.be.

4Nous avons analysé une partie de ce problème dans notre contribution au Guide international sur la méthodologie du travail de rue à travers le monde, édition Dynamo International, novembre 2008, « »travail de rue et double sens de l’Etat ».

  1. Aucun commentaire pour l'instant

  1. Aucun trackback pour l'instant