3-7 Les conditions nécessaires à la motivation

Le projet : finalité et motivation

Par Daniel Cueff

Finalité

Nous défendons le lien imprescriptible entre la méthodologie et les finalités qu’elle veut concrétiser.

Philippe Mérieu, dans « Pédagogie, entre le dire et le faire » p.52, avance ceci : « Il ne peut y avoir de méthodes pédagogiques, sans que le pédagoge se réfère à des finalités, c’est à dire au type d’homme et de femme, et de société qu’il veut former et promouvoir ».

Les finalités auxquelles nous nous référons renvoient à combattre l’échec social des enfants les plus en difficulté en dénonçant le problème mais aussi en montrant les capacités des enfants et de leurs entourages.

Loin de parler de handicap social, nous voulons démontrer et d’abord aux enfants eux-mêmes leurs compétences sociales.

Ces finalités ne fixent pas les méthodologies qui sont très dépendantes du contexte social, des enfants, des pédagogues, des contingences matérielles.

Les finalités sont des repères théoriques et éthiques qui viennent interroger la méthodologie, sans la définir. Il est donc hors de question de reproduction de méthodes, y compris dans la notion de projet, à la fois dans la définition et aussi dans la pertinence au regard des réalités individuelles, collectives et plus globalement sociales.

Motivation

Le moteur de tout projet est la motivation de ses auteurs. La motivation n’est pas pré-déterminée. Elle est constitutive d’une histoire sociale et affective. La motivation a t-elle des conditions pour se fonder et s’exprimer ?

Jean Houssaye reprend dans « La Pédagogie, une encyclopédie pour aujourd’hui » les huit conditions nécessaires à la motivation citée par Rath en 1967.

- Le premier, outre les besoins physiologiques élémentaires, est celui de la sécurité économique (habitation, alimentation, sommeil, etc …).

- Le second est le besoin d’être libéré de toute peur, tout individu a besoin de sécurité psychologique, il a le droit d’être totalement et pleinement ce qu’il est sans être menacé (faute de quoi son développement sera entravé).

- Le troisième est d’être libéré de toute culpabilité ; celle-ci naît de l’écart entre ce qui est réclamé et ce qui est profondément souhaité. Cela suppose que le centre d’évaluation du comportement se situe à l’intérieur de la personne et non à l’extérieur. Chacun doit retrouver le droit à l’essai et à l’erreur, le droit de prendre ses propres risques en toute confiance.

- Toute personne a aussi besoin d’appartenir à une collectivité, à un environnement. C’est le quatrième besoin. Parler d’un sentiment d’appartenance, c’est parler d’un sentiment d’identité personnelle, de différenciation des autres et de reconnaissance par les autres. Individualisation et socialisation sont indissociables.

- Le cinquième besoin est le besoin d’amour et d’affection : il renvoie à la nécessité d’une image positive réciproque, de confiance, d’acceptation, d’admiration.

- Le sixième est le besoin de réussite : réussir, c’est se confirmer dans sa croissance, tandis que celui qui échoue est renvoyé à sa faiblesse et à la dépendance.

- Le septième est le besoin de partager et de sentir respecté : la communication, l’interdépendance, le respect, l’ouverture et l’acceptation de recevoir des autres sont ici déterminants.

- Le huitième besoin est le besoin de comprendre et de se comprendre : la question du sens de ce que l’on fait et de ce que l’on est ne peut dès lors être éludée.

Intrinsèquement, tout projet se doit donc de respecter ces besoins.

Le tout est de savoir si des projets peuvent se construire sans que ces besoins (ferment de la motivation) ne soient préalablement satisfaits. Le projet serait-il, de fait, réservé à des enfants qui en connaissent pas de difficultés sociales particulières ? Force est alors de constater que bien des projets devraient avoir souvent comme objet la résolution de ces mêmes problèmes.

En quoi le projet peut-il répondre à ces besoins vitaux ? Il semble qu’il y ait une orientation à prendre pour les enfants les plus en difficulté et qui devrait déterminer le projet même.

Nous estimons qu’il faut envisager des projets ayant comme caractéristiques la réponse à ces besoins essentiels.

  1. Aucun commentaire pour l'instant

  1. Aucun trackback pour l'instant