Présentation

Contexte : Lieu d’implantation

Rennes : Quartier de Maurepas

Quartier de Maurepas vue du ciel

Quartier de Maurepas vue du ciel

Le contexte est celui d’un quartier populaire où de nombreux habitants connaissent des difficultés sociales. L’échec scolaire des enfants est préoccupant et a nécessité la création d’une zone d’éducation prioritaire (ZEP) qui permet à l’école et à ses enseignants d’avoir des moyens financiers, techniques et en personnel supplémentaires.

Sous l’impulsion de la Ville de Rennes, le quartier, en 15 ans, a fait l’objet d’une rénovation complète et d’une amélioration considérable de la qualité de vie dans les logements. Les espaces publics sont agréables et les facilités d’accès au centre ville par des transports en commun ont permis de décloisonner le quartier et de l’intégrer parfaitement à l’ensemble de la ville. Par ailleurs, des équipements publics ont été implantés dans le quartier ou à proximité immédiate comme, par exemple, une patinoire municipale ou un théâtre. Malgré ce contexte de développement favorable, des difficultés sociales demeurent notamment pour les enfants.

Présence sociale

Dès 1992, un long travail de présence sociale de pédagogues de rue a permis d’observer selon les méthodes d’observation participante et des entretiens ethnographiques que les enfants avaient entre eux une faible vie sociale et que l’espace public qui était avant la rénovation du quartier très investi par les jeunes l’était dorénavant beaucoup moins.

Les enfants avaient pour la plupart une vie limitée à l’espace école et à l’espace appartement. Or, il existe une réelle corrélation entre l’échec scolaire et la difficulté de l’enfant de sortir de la sphère privée.

Au-dessus de 6 ans, beaucoup d’enfants n’avaient en effet aucune activité ni dans un centre social, ni dans un club sportif, ni dans un centre de loisirs ou un foyer.

La notion d’enfant dans la rue n’existait pas, ce qui pouvait laisser penser que la problématique des enfants était réglée. Ce n’était pas le cas : l’enfermement dans une dynamique collective attirée vers la rue et l’occupation de l’espace public avaient été remplacées par une autre forme d’enfermement, celui d’une relation sociale limitée, très peu ouverte sur la vie. Les observations participantes montraient également que les filles étaient plus concernées par ce phénomène.

Nous n’étions manifestement pas dans une problématique d’enfants dans la rue mais dans une problématique d’enfants d’appartement avec des activités très centrées sur la télévision et les jeux vidéos. Une  autre  observation  a  permis  de  constater  que  les  enfants connaissent des difficultées par rapport aux règles qui changent selon les espaces éducatifs (école, famille, rue, espace public, structures sociales, etc.). L’enfant, face à ces differents espaces engendrant des règles diverses, est perdu : difficultés à faire la différence entre ce qui est légal et ce qui est illegal, ce qui est légitime de ce qui ne l’est pas, ce qu’il est possible de changer ou pas. Beaucoup d’enfants sont en difficulté face à l’ensemble des règles et finissent par intérioriser qu’il s’agit de leur faute puisqu’on le leur rappelle sans cesse. L’image de soi peut s’en trouver altérée.

Une équipe pédagogique menéee par le GRPAS (Groupe Rennais de Pédagogie et d’Animation Sociale) s’est donc attachée à constater ces faits et à prendre en compte deux éléments constitutifs de l’éducation des enfants :

–  l’école comme le lieu des apprentissages fondamentaux est soutenue par tout le quartier et reconnue comme un élément essentiel de l’éducation de l’enfant ;

–  la famille comme espace éducatif déterminant est valorisée par l’ensemble des services sociaux qui apportent le cas échéant des aides à la parentalité.

L’idée de départ soumise à l’approbation des partenaires réunis dans les instances du quartier (appelé contrat ville en France) était que si les pédagogues arrivaient à s’appuyer et à collaborer avec ces partenaires éducatifs essentiels (l’école et la famille), l’axe médiation pouvait devenir l’un des atouts de développement de la pédagogie sociale et de l’ouverture des enfants aux activités sociales, culturelles, sportives organisées sur la ville.

Appuyé en 1992 par un instituteur Freinet, la directrice de l’école Mme Brault et le chargé de mission du contrat ville Daniel Erhel, le projet a pu naître.

    • Jacques Mérillon
    • 17 mai 2012

    Bonjour, un petit bonjour. Je suis « l’instituteur Freinet » qui a lancé l’expérience à l’école de Trégain avec le GRPAS ! Projet enthousiasmant qui a permis de faire bouger les lignes, de permettre à l’enseignant de se concentrer sur la transmission des savoirs fondamentaux tout en permettant aux élèves une remarquable ouverture culturelle en dehors de l’école. On n’a pas résolu la quadrature du cercle mais on s’en est approché.
    Depuis, j’ai changé de vie, je ne suis plus dans l’enseignement mais je parle toujours de ce point de vue original sur l’éducation comme une des solutions aux problèmes de l’école !
    Jacques

    • Valérie Ghévart
    • 24 juillet 2012

    Bonjour Monsieur,

    A 48 ans je suis venue à Rennes pour reprendre des études en vue de mettre en place un projet social d’édition de livre photos, via internet et une formation à la photographie numérique.
    Je serai heureuse de vous présenté le résultat de mon travail avec des enfants de 8 à 12 ans.

    Bien cordialement.
    Valérie Ghévart

    • Eric Tuaillon
    • 4 avril 2013

    Bonjour,

    Dans le dernier numéro (N°12)page 34 de Rennes Métropole, vous faites allusion à un ouvrage « HUM ! EXTRATESRESTES » pouvant être téléchargé. Malgré une navigation sur GRPAS et sur dechets.ca-change-tout.fr, je n’ai pas trouvé de lien.
    Pouvez-vous m’indiquer le chemin à suivre?
    Par avance et comptant sur votre réponse, acceptez toute ma sympathie.

    Éric T.

    • Rose
    • 9 avril 2013

    @Eric Tuaillon

    Bonjour,

    Après recherche et confirmation auprès de Rennes Métropole, le livre « hum extra tes restes » n’est pas encore téléchargeable.
    Nous vous tiendrons informé dès que nous aurons plus de précisions.
    La distribution de ce livre sous forme papier ou format en ligne se fait par Rennes Métropole. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à les appeler au « 0 800 01 14 31″.

    Cordialement,

    Rose du GRPAS

  1. Aucun trackback pour l'instant