GPAS | Groupe de Pédagogie et d'Animation Sociale

ENVIRONNEMENT
La formation à l’eco-citoyenneté et la valorisation du territoire sont les orientations choisies par les GPAS pour mettre en œuvre des actions concrètes liées à la protection de l’environnement. Ces actions sont réalisées par les enfants, les jeunes et les familles. Elles permettent une réelle sensibilisation à l’espace naturel.
Le projet rennais "Ma Bretagne à moi"

Ce projet s’est construit sur deux constats :


- La Région Bretagne est l’une des Régions d’Europe ou la qualité environnementale est la plus riche (paysage, côtes et espaces naturels protégés) et où les associations environnementales sont très présentes sur le territoire, regroupées au sein de réseaux (REEB, Cohérence, SEPNB…).

- Dans le même temps, les enfants du quartier de Maurepas ont peu l’occasion de profiter de cet environnement par manque de moyens et de mobilité.

L’idée est venue aux animateurs du GRPAS de proposer un projet en quatre phases :

- phase 1 : sélection de 3 sites exceptionnels de Bretagne et contact avec les associations environnementales qui y sont investies

- phase 2 : organisation de plusieurs séjours découverte avec les enfants de Maurepas sur les sites sélectionnés avec accueil par les associations concernées


- phase 3 : rédaction d’un écolo guide par les enfants intitulé « ma Bretagne à moi » qui fasse partager leur regard d’enfant sur la Bretagne et diffusion du guide sur le quartier de Maurepas et auprès des associations environnementales

- phase 4 : invitation d’enfants polonais par les enfants concernés qui les accueillent à leur tour sur les sites, l’écolo guide servant de support.

A ce jour, de petits groupe d’enfants de Maurepas ont pu découvrir par deux fois les richesses naturelles de Belle Ile, de Guissény et du Cap-Sizun (Pointe du Raz…) lors de week-ends et de séjours. La rédaction du guide éco-citoyen est actuellement en cours.

Quelques réalisations au Cap-Sizun

- Les Gardiens du Littoral



Ce projet est labellisé "Merci, dit la planète" par le Ministère de l’Environnement. Les jeunes du Cap-Sizun (GAPAS) commencent par acquérir des connaissances sur le milieu marin, par des recherches, rencontres et échanges de savoir. Ils animent ensuite des pêches à pied pour les touristes, où ils sensibilisent à la protection des espèces menacées et aux gestes simples qui protègent l'environnement.



- Festiplaya

Il s'agit d'un festival d'éco-sensibilisation au bord de mer réalisé chaque été par les jeunes du Cap-Sizun sur la grande plage d’Audierne (Finistère).
Pour mémoire, cette aventure a débuté en juin 1999 à travers des animations créées à partir d'éléments naturels, comme la mer, le vent ou le sable. La dernière édition fut l'occasion de sensibiliser les participants aux énergies renouvelables.


- Le festival du film de bord de mer « Ta mer en film »

Il est réalisé chaque année depuis 2003 par les jeunes du Cap-Sizun en collaboration avec l’association du festival de Douarnenez, Côte Ouest (Festival du film court de Brest) et plus récemment Cap Accueil. "Ta mer en film" permet à de nombreux habitants du Cap de visionner durant une journée entière une série de films dédiés à la mer. La dernière édition a traité des films de Jo Le Guen en sa présence.

Un projet phare : la réhabilitation de zones humides


Les zones humides n’ont jamais laissé l’homme indifférent. Si du Moyen âge à la fin du 18ème siècle, elles ont été à l’origine d’épidémies et sources d’inspiration de nombreuses légendes, dès le 19ème, les hommes ont entrepris de grands travaux afin de les cultiver en les protégeant des marées par des digues et en favorisant leur drainage.
Cependant, malgré leur rôle fondamental dans la régulation de l’écosystème aquatique, elles sont aujourd’hui menacées de disparition.


Tous ces sites dits “humides” présentent un grand intérêt au sein des écosystèmes aquatiques. En effet, ils abritent bien souvent une grande diversité d’espèces animales et végétales, parfois rares et protégées.

D’autre part, ils peuvent participer activement à l’amélioration de la qualité de l’eau et au ralentissement des écoulements sur les bassins versants, limitant ainsi l’impact des crues en aval.

Les jeunes du GAPAS (Cap-Sizun) ont débuté la réhabilitation d’une zone humide dans une perspective de mise en valeur de leur patrimoine naturel et environnemental.

Cette action passe par plusieurs étapes :

- Une sensibilisation à l’intérêt sociologique et historique de la zone humide


Des rencontres avec les propriétaires de la zone humide s’effectuent régulièrement pour expliquer le projet et ses avancées. Des partenariats sont réalisés avec les acteurs concernés, telle la Société de chasse de Cléden Cap Sizun "La Capiste".
Les jeunes s’intéressent également aux usages anciens de la zone humide en effectuant des recherches et en allant à la rencontre des habitants (exemples : études sur la représentation des mares dans les pensées locales, les mares comme vecteurs de lien social).


- Une sensibilisation à l’intérêt écologique de la zone humide.

Cette étape s’établit avec la collaboration de l’association « Bretagne vivante, SEPNB » par des inventaires faunistiques et floristiques réguliers de la mare ainsi que par des conseils techniques pour toutes les interventions sur la zone humide.

- La réalisation de chantiers internationaux de jeunes bénévoles


La participation de jeunes provenant de différents horizons permet une sensibilisation à deux échelles :

- pour les jeunes de la région, cette expérience environnementale a un impact sur leur vie quotidienne : c’est de leur terre dont il est question et ils sont ainsi partie prenante dans sa préservation.

- l’ouverture du chantier à des jeunes de nationalités différentes donne une dimension plus large au projet. En plus de favoriser les échanges culturels, ces rencontres permettent d’aborder les questions d’environnement à une échelle internationale : l’eau est en effet un patrimoine commun.

Les étés 2004, 2005 et 2006 ont ainsi réuni des jeunes polonais et des jeunes français pour retirer la couche de végétation qui s’est accumulée au fil du temps (gestion du niveau de l’eau), couper certains saules envahissants et ainsi maintenir une zone d’eau minimum pour la viabilité des espèces retrouvant un biotope correspondant à leurs besoins.

Pour accéder à la page de photos des camps-chantiers, cliquez ici.  

- La création d'un site internet

Les jeunes bénévoles ont également participé à la création d'un site internet qui retrace l'ensemble du projet "zone humide". L’objectif principal du site est de mutualiser les connaissances sur la thématique des zones humides et de favoriser la pérennisation de l’action. En effet, il permet aux bénévoles de garder contact entre eux et de toucher d’autres jeunes en France ou à l’international intéressés par le projet ou développant des actions similaires de protection de l’environnement.

Vous voulez participer ?

Nous recherchons :

- des partenariats pour la pérennisation du projet « zones humides »

- des compétences pour un projet de sensibilisation aux milieux aquatiques