GPAS | Groupe de Pédagogie et d'Animation Sociale

PRATIQUE SOCIALE ARTISTIQUE
1. Pratique sociale artistique
2. Les "Allées et venues"
3. Projet 2004
4. Projet 2005
5. Projet 2006
6. Projet 2007
7. Vous voulez participer ?
Cette pratique artistique très innovante et contemporaine situe l'art dans sa dimension sociale, d'abord par l'émergence d'une convivialité, puis dans une optique d'interrogation de la réalité sociale.
Pratique sociale artistique

L'idée principale partagée par les GPAS est que l'intervention de l'art dans un milieu social, quel qu'il soit, peut être le point de départ de questionnements, de développement de l'esprit critique en favorisant l'échange et le débat. Depuis sa création, les GPAS ont ainsi multiplié les initiatives sur les quartiers.

Les "Allées et venues"

Suivis à la trace

Allées et venues
Le projet du plasticien Romain Louvel consistait à recenser les déplacements des habitants du quartier de Kérourien à Brest et à les matérialiser au sol afin de constituer une fresque.

"L'idée me vint de travailler sur les traces des habitants, traces de leurs témoignages, traces de leurs mouvements dans l'espace de ce quartier, dont témoigneraient les "allées et venues" de leur vie quotidienne."

Première action : "les lignes à la trace" (mai 2002)

- Prise de contact et rencontre avec les habitants (jeunes, enfants, adultes),
- Distribution des plans aux habitants,
dans le cadre pédagogique d'approche et d'encadrement social de la population par le GPAS,
- Proposition du projet, planification des réalisations,
- Réalisation des tracés.

Deuxième action : "le quartier a son visage" (mars-juin 2002)

A partir des plans récupérés, tous les itinéraires sont reproduits en superposition sur un panneau ou toile géante. Cette interprétation plastique montre du quartier ce qui ne se voit pas, mais qui constitue un moment vécu d'une partie de l'essence du quotidien des habitants du quartier, une partie de son visage.

Troisième action : « accrochage de la bâche dans le quartier de Kérourien »

La bâche a été accrochée dans le quartier durant l’été 2003. L'ensemble de l'intervention artistique est évidemment réalisé avec l'équipe d'animateurs du GPAS et tout son potentiel de réflexion pédagogique et éducatif, car n'oublions pas que ce projet constitue aussi un programme d'actions sociales agissant sur d'autres plans que des fins artistiques.

Pour visionner la page de photos, cliquez ici.

Projet 2004

Pour une exposition physique et sportive

Ce projet avait pour objet principal un événement sportif particulier : le match de foot. Il s'agissait de constituer une collection de plusieurs oeuvres plastiques et acoustiques conçues à partir de cette rencontre sportive. Le match organisé pour l'occasion convoqua des équipes de football amateurs de Brest.
L'ensemble des oeuvres, comme autant d'interprétations artistiques de l'événement, ont fait l'objet d'une production multimédia au travers d'un DVD. Elles ont témoigné du jeu, de l'adresse, de la performance humaine, mais aussi du mouvement physique, de l'effort, des chocs et de la temporalité de cette rencontre. Les joueurs sur le terrain et les spectateurs dans les tribunes, ont été des collaborateurs artistiques en même temps qu'ils ont contribué à faire exister le match, dans toute son intensité.

Projets 2005

Les maisons d'enfants de Kéranroux


L'objectif du projet était de redonner aux photos la place qu’elles ont chez l’enfant. Un appareil photo fut donné aux enfants de Kéranroux pour une libre utilisation. L’idée a été de réaliser des boîtes en bois pour chaque enfant, à l’intérieur desquelles ils ont tapissé les parois des photos de leur quartier en "déconstruction". L’extérieur fut travaillé de sorte à reproduire un effet platiné de blockhaus impénétrable, une frontière physique. Seuls les enfants pouvaient y pénétrer, de par leur petite taille, rendant impossible l’accès aux adultes.

Le regard de l’enfant, au travers de ces photographies, a échappée à l'emprise de l’adulte, toujours tenté d’interpréter les pensés de l’enfant. En revanche, les visiteurs-enfants ont pu en en faire le récit aux adultes. Cette installation, présentée le 21 décembre 2005 à Kéranroux, a permis de conserver l’authenticité de la démarche photographique de l’enfant et d'en conserver la dimension poétique première.

Projet 2006

La BD « Nous n’avons pas besoin d’autres héros »


Sur la base d’une forte implication des enfants rennais et de leurs parents, il leur a été proposé de prendre une place dans le paysage culturel local.

Cette idée, née d’une rencontre entre les enfants, leur histoire personnelle, celle de leur famille et du dessinateur/plasticien Romain Louvel, s’est finalisée par la création et l’édition d’une bande dessinée à 500 exemplaires, imprimée par Henry des Abbayes.


Au travail de création sur plusieurs mois (ateliers enfant/parent/dessinateur), a suivi la mise en vente de l’ouvrage dans six librairies rennaise (Le Failler, Alphagraph, Planène IO, Critic, La Courte Échelle et Album) et aussi dans deux librairies brestoises (Excalibulle et l’Oreille KC) à l'occasion d’un week-end des enfants dans le finistère. La bande dessinée est également disponible dans les bibliothèques rennaises.

Les enfants-auteurs ont également eu l'occasion d'offrir la bande dessinée à Edmond Hervé, Maire de Rennes, lors d’un rendez-vous en Mairie.

Enfin, une dédicace, à laquelle ont été conviées les familles du quartier et les différents partenaires a eu lieu à la librairie Alphagraph.

Pour consulter un article sur le projet écrit par Elise Nouvellon, libraire à la Courte Echelle à Rennes, cliquez ici.

Projet 2007

Trousses de survie sociale

Sur le principe des trousses à pharmacie, des nécessaires de toilette, des boîtes à outils pour le parfait petit bricoleur, etc., le projet consiste à rassembler tout le matériel nécessaire à une survie sociale dans un territoire donné.


Pour cela, il faut réfléchir à tous les éléments matériels qui fondent l’existence sociale : carte d’identité, compte en banque, portable, site internet, etc. Cela implique d’énumérer les actions rendues possibles ou non par ces éléments : se déplacer, se loger, travailler, consommer, communiquer, voter, etc., sous la forme d’interrogations : comment faîtes-vous pour réaliser cela ? quelles sont vos obligations ?

Ce travail de collecte de données devra être inventif car il ne s’agit pas de travailler uniquement avec un questionnaire. Pour enquêter, il sera intéressant d’accompagner les familles dans leurs démarches administratives, de leur demander de nous fournir la demande qu’ils ont des pièces obligatoires à donner lorsqu’ils inscrivent leurs enfants à l’école, cherchent du travail, demandent de l’aide sociale... Quand le projet sera plus avancé, une présentation des objets « obligatoires » sera réalisée en demandant aux familles de nous indiquer les plus importants.

La forme finale exacte de la trousse dépendra de la nature de l’ensemble des éléments qui y figureront. Cependant, Romain Louvel apportera à la réalisation certains aspects esthétiques par une réappropriation plastique des éléments pour deux types de réalisation :

- L’une serait la trousse originale et authentique. Elle resterait à disposition pour d’éventuelles consultations ou expositions (voire des prêts de type mallettes pédagogiques)

- L’autre serait un modèle plus léger à diffuser, notamment dans les institutions d‘assistance sociale (miniatures, plaquettes, modes d’emploi, album photo, fiches, sac imprimé, site internet, etc.).



Vous voulez participer ?

Nous recherchons toujours:

- Des dons pour financer les différents projets.
- Du matériel d'arts plastiques.