GPAS | Groupe de Pédagogie et d'Animation Sociale

GRPAS (RENNES) > 
RELATIONS ECOLE / ENFANT / QUARTIER
1. Objectif
2. Descriptif
3. Conditions de fonctionnement
Objectif

- Liaison « Ecole/Famille/Quartier/Ville : Maurepas/Rennes : réussir ensemble »

Les enfants sont confrontés à différents espaces éducatifs : l'école, la famille, le quartier, la vie sociale, les institutions éducatives et les loisirs. Seul l'enfant peut faire les liens entre ces différents espaces qui ont leurs spécificités et leurs projets propres :

- Extrait du mémoire de formation, réalisé par la stagiaire au GRPAS dans le cadre de la formation IUT Carrières Sociales, année 2001 :

« Pour l'instituteur Freinet de l'école Tregain, le lien se situe dans le fait que cette animation de loisirs sert à faire le lien entre l'école et ce qui se passe dehors. De plus, le fait que le projet passe par l'école induit une plus grande confiance de la part des parents (envers les animateurs du GRPAS) »

- Extrait d'un entretien réalisé en mars 2001 avec l'instituteur Freinet, référent sur le projet à sa création (en 1996), dans le cadre du projet « Ecole/ Famille/ Quartier : réussir ensemble » :

« Et c’est vous qui allez dans les familles et non l’inverse. Moi, j’ai créé du sens, on tient chacun un petit bout de la corde : il y a l’école et les enseignants, il y a vous les animateurs et puis il y a les parents et chacun, on voit nos trucs de notre façon. Ça fait un peu comme un triangle : moi je vois les familles, mais pas tant que ça, je vous vois à l’école, les familles vous voient à la maison, elles ont un contact avec l’enseignant, il est rare qu’on se retrouve tous les trois. C’est assez satisfaisant parce qu’on a l’impression que le truc, il tient bien. Et ce qui réunit tous les sommets du triangle, c’est l’enfant : il fait partie d’une famille, il est à l’école et il a des activités personnelles. Ce sont ses activités puisque c’est lui qui les a choisies (...) et il semble que c’est là qu’il se passe quelque chose. Ce lien est particulièrement indispensable aux apprentissages pour que les enfants en difficulté se les approprient dans la vie de tous les jours. Dans la tête des enfants, il y a une cohérence qui semble s’établir dans leur vie. A un certain moment de la journée, ils sont à l’école, ou chez eux ou en activité, c’est toujours leur vie. C’est peut-être ça la petite étincelle qu’il y a dans ce projet, qui fait qu’il n’est pas comme les autres. »

Depuis septembre 1996, au départ avec une seule classe Freinet de l'école primaire de Tregain, une nouvelle forme d'approche du lien Ecole/Famille/Quartier a été explorée sur un principe transversal : le lien sera celui que les enfants feront, pour qu'ils en soient les centres, les moteurs et les principaux bénéficiaires.

- Ecole primaire de Tregain
- Laboratoire de Microsociologies de la vie ordinaire de l'école (Rennes 2)
- Contrat Educatif Local (CEL) Ville de Rennes
- DDASS 35/ Conseil Général Ille et Vilaine
- IUT Carrières Sociales (Rennes 1) : l'IUT a estimé le GRPAS comme lieu de stage favorable pour les étudiants de seconde année, notamment dans le cadre de nouvelles orientations vers des Contrats Educatifs Locaux (CEL). Trois étudiants, suivis par une enseignante de l'IUT, effectuent leur stage de formation de seconde année.
- Ville de Rennes
- Commission enfance (quartier de Maurepas)


Descriptif

Les partenaires (Laboratoire de Microsociologies de Rennes 2, Contrat de Ville, Ecole élémentaire de Tregain), ont inventé un dispositif favorable à l'émergence de ce lien avant tout social. La classe est le lieu des apprentissages fondamentaux, mais accueille l'expression libre des pratiques et expériences sociales des enfants. Le hors classe ne se préoccupe pas des apprentissages et ne se met pas « au service » de l'école. Par contre, il favorise l'émergence des projets collectifs des enfants sur la base de leurs compétences sociales et de leurs aspirations.
Les enfants décident ou non d'en communiquer les contenus ou modalités dans la classe et l'enseignant n'en tire pas des opportunités d'apprentissage. Il est important que l'enfant soit libéré dans ces activités extrascolaires du souci de l'exploitation pédagogique postérieure. Ce cadre souple est facilitateur et ne prévoit, au préalable, aucune définition du lien que les enfants vont inventer au jour le jour.
Les familles sont associées systématiquement aux initiatives des enfants, les facilitent, les négocient, apportent les modifications nécessaires avec les enfants.
L'inattendu et l'inhabituel, loin d'être considérés comme des éléments perturbateurs, deviennent des sources d'invention et d'innovation.
Le « va-et-vient pédagogique » Ecole/Quartier s'invente plus qu'il ne se décrète.
Tout confirme que le dispositif de Maurepas se définit comme un dispositif de thèse et d'antithèse dont les enfants sont seuls en mesure de faire la synthèse.

Classe (thèse)
Animation hors-classe (antithèse)
Horaires identiques
Horaires variables
Espace identique
Espace social variable
Activités programmées
Activités dépendantes de l'activité sociale
Objectifs d'apprentissage défini
Aucun objectif d'apprentissage
Formation scolastique (savoir universel)
Formation sociale (savoir-faire)
Règles de fonctionnement établies
Règles dépendantes des espaces investis
Prise de paroles organisée
Prise de parole aléatoire
Relation de demande aux parents
Relation d'autorisation des parents
Obligation de présence
Libre choix de l'enfant
Structuration des groupes d'enfants
Pas de groupes fixes
Grands groupes
Petits groupes
Exploitation pédagogique de la parole de l'enfant
Non-exploitation pédagogique

Conditions de fonctionnement

Il y a interdiction d'investir l'espace éducatif de l'autre, de telle manière à favoriser le cheminement dialectique de l'enfant. L'instituteur et l'animateur valident systématiquement le travail de l'autre en n'intervenant d'aucune manière. Les caractéristiques :

- une adhésion totale au dispositif éducatif de l'autre
- un dispositif simple, clairement perçu dans sa forme et ses différences par les enfants
Il semble donc que le dispositif éducatif soit composé de deux espaces différents qui ne s'opposent pas, mais qui se complètent : l'un des espaces (l'école) structure le groupe d'enfants pendant que l'autre (GRPAS), est plus soumis aux aléas des interactions sociales de la vie ordinaire.
Tout conduit à penser que ce dispositif est un dispositif de compréhension par l'enfant des différentes règles, qui bien qu'opposées, n'en sont pas moins légitimes.
L'enfant se trouve au coeur d'une dynamique complexe et paradoxale posant comme légitimes :
- les règles courantes de la vie ordinaire, notamment familiale
- les règles spécifiques liées aux apprentissages
- la diversité des règles selon les espaces sociaux dans lesquels elles s'exercent

Le rapport à la règle, et en fait aux différents modèles sociaux, nous paraît susceptible de favoriser la formation citoyenne des enfants et l'indispensable accès à l'esprit critique.
Ce dernier aspect est facilité par l'importance donnée systématiquement à la prise de parole de l'enfant, que cela soit dans la classe, dans l'activité hors école ou dans la relation quotidienne entretenue par les familles.
Le dispositif “Ecole / Famille / Quartier” prend également son sens dans la participation des enfants par petits groupes aux activités culturelles et sportives dans la ville. L'enfant est d'emblée considéré comme citoyen capable d'apprécier, de façon critique, la programmation d'un festival, d'un centre d'art contemporain, d'un cinéma ou d'une compétition sportive.